Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

CES 2020 : Arduino passe à « PRO », en un mot, Arduino Pro, le nom de sa plateforme de développement IoT
Basée sur la technologie ARM Pelion

Le , par Patrick Ruiz

93PARTAGES

23  0 
L’annonce est tombée lors de l’édition 2020 (en cours) du Computer Entertainment Show (CES) : l’entreprise derrière les célèbres ordinateurs monocarte annonce la disponibilité de la plateforme Arduino Pro dédiée au développement des objets connectés.

« Des millions d'utilisateurs et des milliers d'entreprises à travers le monde utilisent déjà Arduino comme plateforme d'innovation. C'est pourquoi nous nous sommes appuyés sur cette expérience pour permettre aux entreprises de connecter rapidement et en toute sécurité des capteurs distants à la logique métier au sein d'une simple plateforme de développement d'applications IoT : une nouvelle solution pour les professionnels des secteurs traditionnels qui aspirent à la transformation numérique par l'Internet des objets », indique-t-elle.

La plateforme Arduino Pro ou Arduino Iot Cloud permet la mise sur pied rapide d’objets connectés utilisables sur divers segments de la filière : automobile, automatismes industriels, agriculture, maison connectée, etc.


Arduino Pro : quel hardware ?

La plateforme de développement Arduino Pro est compatible avec du matériel dont l’entreprise dit qu’il est «  taillé sur mesure pour les applications exigeantes dans les filières du contrôle industriel, de l’intelligence artificielle (AI Edge) et de la robotique. » Trois familles de cartes sont disponibles : Nano, MKR et Portenta.

Les Nano compatibles Arduino Pro (des Nano Bluetooth Low Energy (BLE)) sont des évolutions des cartes Nano traditionnelles . Ce sont des ordinateurs monocartes architecturés autour de processeurs ARM 32 bits (nRF52840) cadencés à 64 MHz, de 1 mégaoctet de mémoire Flash (soit 32 fois qu’avec un Arduino Uno) et de 256 kilooctets de mémoire vive. La carte Nano BLE Sense offre toutes les possibilités que la Nano BLE avec, en sus, la possibilité de s’attaquer à des applications en intelligence artificielle sans adaptation.

« La principale caractéristique de cette carte, outre l'impressionnante sélection de capteurs, est la possibilité d'y exécuter des applications d'Edge Computing (AI) en utilisant TinyML. Vous pouvez créer vos modèles d'apprentissage machine en utilisant TensorFlow™ Lite et les télécharger sur votre carte en utilisant l'EDI Arduino », commente l’entreprise à propos de la carte Nano BLE Sense disponible à 29 euros. La Nano BLE pour sa part coûte 20 euros.


La famille MKR compte six cartes : MKR WiFi 1010, MKR FOX 1200, MKR WAN 1310, MKR GSM 1400, MKR NB 1500, MKR Vidor 4000. Leurs prix oscillent entre 27 et 67 euros. Grosso modo, il s’agit d’ordinateurs architecturés autour de processeurs ARM 32 bits à faible consommation, de 256 kilooctets de mémoire flash et de 32 kilooctets de mémoire vive. Les possibilités de connectivité sont indiquées dans le nom du produit.


Celle qui offre le plus de possibilités est la famille Portenta : facteur de forme MKR, processeur ARM dual core (M7 à 480 MHz + M4 à 240 MHz), 2 mégaoctets de mémoire vive, 16 mégaoctets de mémoire flash. Les mémoire vive et flash sont extensibles à 64 et 128 mégaoctets de façon respective. Connectivité : Ethernet, WiFi, Bluetooth.

Software : quelles possibilités ?

Une application web est disponible sur desktop et mobile. « Avec l'application web Arduino IoT Cloud sur desktop ou mobile, vous pouvez rapidement connecter, gérer et surveiller vos appareils depuis n'importe où dans le monde. Arduino IoT Cloud créera aussi automatiquement le code pour gérer votre appareil. Il suffit d'ajouter quelques lignes pour le personnaliser comme vous le souhaitez. Si vous êtes nouveau sur Arduino, ne vous inquiétez pas, il existe des exemples de code pour des centaines de capteurs et d'actionneurs », commente l’entreprise.


Avec le lancement de la mouvance IoT sur la plateforme Arduino, une nouvelle version de l’environnement de développement intégré est disponible. Estampillée Arduino Pro IDE, elle est disponible en bêta. Elle s’utilise en tandem avec l’application web Arduino IoT cloud. En effet, lors de l’ajout d’un dispositif sous Arduino IoT cloud, l’application génère le code et passe la main à Arduino Pro IDE pour les besoins additionnels d’édition et de compilation du code.

Les « power users » disposent en sus de l’interface ligne de commande Arduino CLI. C’est « la solution tout en un pour éditer, compiler et transférer les binaires vers les cartes Arduino » en s’aidant de la ligne de commande de Windows ou du terminal sous Mac et Linux.

Source : blog Arduino

Et vous ?

Que pensez-vous de la plateforme Arduino ?
Que pensez-vous de son arrimage à la filière internet des objets ? Quels sont les plus qu’on peut entrevoir ? Qu’en est-il des aspects négatifs ?

Voir aussi :

Quels langages de programmation utilisez-vous pour Arduino ? Partagez votre expérience
Comment obtenir la certification de la communauté Arduino ? La reconnaissance officielle de vos compétences sur la plateforme Arduino

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jay M
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/01/2020 à 14:51
Tout à fait d'accord avec Mr Vincent Petit.

cela dit, Mr Patrick Ruiz a bien écrit " des milliers d'entreprises à travers le monde utilisent déjà Arduino comme plateforme d'innovation --> il s'agit bien de prototyper des idées, pas pour passer en production à grande échelle ou produit grand public / pro. En plus ce n'est pas la bonne plateforme - ne serait-ce qu'en terme de coût (il y a des tonnes de composants inutiles sur leur carte Portenta une fois qu'on a choisi un domaine applicatif par exemple) et type de license car il y a du GPL V3 un peu partout dans les librairies qui est une license "contaminante" (C’est-à-dire que si vous utilisez du code sous licence GNU-GPL v3, votre code devient automatiquement sous licence GNU-GPL v3).
3  0 
Avatar de Vincent PETIT
Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/01/2020 à 12:28
Salut,
Ça me désole qu'on puisse faire un si terrible raccourci dans un salon comme le CES 2020, ça en dit long sur le niveau qu'il doit y avoir là bas.... c'est à se demander si ceux qui y sont ont des connaissances de l'industrie électronique mondiale et du système qualité, mondiales aussi, derrière tout ça.

La véritable industrie de l'électronique (dans le monde entier) pour les applications ;
- Médicales
- Rails (les trains)
- Automobile
- Défense et Aéronautique
- Industrie et énergie

Est régie par des normes hypers strictes qui imposent pour beaucoup d'entres elles ; le langage, le cycle de développement en V, les démonstrations de sûreté du code et les arbres de défaillances (AMDEC et compagnie)

Le pauvre développeur qui se lance avec un Arduino Pro pour des IOT dans l'industrie Défense et Aéronautique va halluciner quand il va comprendre ce que sont les normes internationales
DO-178C (Software considerations in airborne systems and equipment certification)
DO-254 (Design assurance guidance for airborne electronic hardware")

Pour celui qui se lance dans les IOT dans le médical (healthcare), il va se heurter au mur de la norme logiciel IEC 62304 et sans elle pas de certification médicale. Au pire on peut se voir certifier le produit comme un gadget.

En gros avec un tel raccourci une fois le POC terminé, le soft ira à la poubelle et le hardware aussi et tout sera à refaire pour satisfaire aux normes métiers.
Et des normes métiers il y en a réellement... dans tous les métiers

La plateforme Arduino est très bien pour apprendre, découvrir, expérimenter mais ça s'arrête là.
4  2 
Avatar de DelphiManiac
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 08/01/2020 à 12:53
Citation Envoyé par Vincent PETIT Voir le message
La plateforme Arduino est très bien pour apprendre, découvrir, expérimenter mais ça s'arrête là.
J'imagine que c'est tout à fait ce que ce sont dit les constructeurs de mainframe dans les années 70 ^^

Le PC (au sens primaire : Personal Computer) est très bien pour apprendre, découvrir, expérimenter mais ça s'arrête là.
4  2 
Avatar de Jay M
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/01/2020 à 16:40
Citation Envoyé par goldbergg Voir le message
pour une PME reproduire par exemple l'architecture du YUN pour faire sa carte perso, c'est pas chose aisé.
Contrairement a ce que vous avez l'air de penser, les arduino sont utilisé en milieux pro/OEM et pas que pour des proto ou l'éducation.
Si c'est quelques unités on reste dans le prototype, donc d'accord, ça peut le faire et le coût est comme vous le dites raisonnable.

S'il commence à y avoir du volume, il faut suivre les normes. En grand public c'est grosso modo 1 ou 2 ans de garantie sur le matériel et aucun sur la solution, généralement les T&Cs disent qu'ils ne s'engagent pas...

Mais quand on passe dans le monde "pro" et en volume, et qu'on veut vendre une solution (pas la carte nue), comme l'a dit Vincent ci dessous, c'est une autre histoire.

y'a de la place pour tout cela sur le marché.
2  1 
Avatar de Vincent PETIT
Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/01/2020 à 19:30
Citation Envoyé par goldbergg
Contrairement a ce que vous avez l'aire de penser, les arduino sont utilisé en milieux pro/OEM et pas que pour des proto ou l'éducation.
Je te crois volontiers mais je suis curieux de savoir dans quel métier on peut faire ça ?
Je ne prétends évidemment pas connaître tous les métiers mais ce qui est écrit en dessous à part peut être pour les maisons connectés où je ne connais pas les normes en vigueurs, le reste n'est pas sérieux.

La plateforme Arduino Pro ou Arduino Iot Cloud permet la mise sur pied rapide d’objets connectés utilisables sur divers segments de la filière : automobile, automatismes industriels, agriculture, maison connectée, etc.
Les métiers ci dessous, comme celui d'où je viens, dépendent tous ou presque de la sûreté de fonctionnement (et de ses dérivées) donc avec la certification SIL :
- Médical
- Rails (les trains)
- Automobile
- Défense et Aéronautique
- Industrie et énergie <= Moi j'étais ici, dans l'industrie Oil & Gas, sur le marché détection de gaz en atmosphère explosive.

Une fois que tu es certifié par un labo indépendant + normé CE (donc avec la compatibilité électromagnétique) tout est figé, le hard (sauf modification mineure sans lien avec la partie critique), le soft (sauf modification mineure sans lien avec la partie critique), la version du circuit imprimée, tu dois avoir une traçabilité des composants que tu déposes bref tu ne peux absolument pas dépendre d'un Arduino qui n'est ni certifié, ni normé, qui peut s'arrêter du jour au lendemain ou être modifié sans prévenir. Idem pour le soft car comme pour le hard, tu dois en plus du cycle en V démontrer la fiabilité de ton code c'est donc impensable de le récupérer de je ne sais quel dépôt github. Pour de tel métier soumis à certif tu ne peux rien conserver du hard et du soft d'un Arduino. Sauf si sa présence est optionnelle, là oui ça passera mais à la condition minimal qu'il soit à la norme CE.

Ici c'est le dernier projet sur lequel j'ai bossé (en équipe, pas tout seul évidemment) https://teledynegasandflamedetection...FR_8pBroA4.pdf
Le truc est figé a cause de sa certif SIL1 avec un numéro d'homologation, impossible de dépendre d'un Arduino dont on ne maîtrise rien. Le soft est codé avec le prescrit MISRA-C.

Celui là (je n'ai fait que quelques retouches sur le hard ici et là) https://teledynegasandflamedetection...T80BroA4_0.pdf, il n'est pas SIL mais il a une certification ATEX (utilisable en atmosphère explosives) approuvée sous un numéro d'homologation par un certificateur indépendant, Ineris. Là aussi impossible de dépendre d'un Arduno sauf à le refaire toi même en modifiant le hard pour répondre à la norme ATEX et quand aux bibliothèques partout sur le net, tu devras remettre tout le code à poils pour le tester et prouver sa robustesse (tu iras plus vite a tout refaire).

Enfin, là https://www.highintegritysystems.com/safertos/ tu as safeRTOS un OS temps réel précertifié SIL 3 (du costaud) pour la EN 61508-3 c'est à dire Industrie et énergie et ISO 26262 donc l'automobile. Potentiellement il devrait être certifiable pour le médical. De mémoire Défense et Aéronautique sont minimums SIL 4 (truc de dingue)... tout ça est à milles lieux du code Arduino qu'on trouve partout sur le net

L'industrie c'est malheureusement tout ça et les exemples ci dessus ne sont pas des exceptions. Il y a même des normes avec des exigences hardware si tu ferais un PC complet et fini avec un Raspberry par exemple : NF EN 60950-1 Sécurité des appareils électroniques dans le domaine de l'audio, de la vidéo, des technologies de l'information et de la communication.

Citation Envoyé par Jay M
y'a de la place pour tout cela sur le marché.
+1
2  1 
Avatar de f-leb
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/01/2020 à 19:49
Bonjour,

Je vous invite à lire cet article assez récent Les cartes open source séduisent l'industrie

Dans l’industrie, les offres d’emploi pour des postes d’ingénieur en informatique embarquée s’accompagnent de plus en plus de compétences associées aux cartes de types Arduino ou Raspberry Pi. Ces cartes open source, issues du mouvement des makers, intéressent de plus en plus les industriels français, ainsi que les grandes sociétés d’ingénierie, qui voient dans ces solutions informatiques un moyen de prendre la température de l’esprit d’innovation des candidats, de leur connaissance du métier, ainsi que de leur capacité à exploiter de nouvelles solutions.
Selon une enquête réalisée fin 2018 par le distributeur électronique Farnell, 50 % des professionnels interrogés déclaraient utiliser des cartes de type Raspberry Pi ou BeagleBone Black. Principal débouché : la conception d’objets connectés. En effet, toujours selon Farnell, l’internet des objets (IoT) est désormais un moteur de ce marché et de nombreux ingénieurs imaginent les premières itérations des systèmes informatiques sur ces cartes avant même la mise en production des cartes électroniques des objets connectés. Outre leur faible coût d’acquisition, le premier avantage est de gagner du temps lors de la phase de prototypage afin de tester rapidement, et sans investissements importants, des concepts et de nouvelles idées de produit.
Mais pour aller dans le sens de Vincent PETIT :
Pour Philippe Bourgault, les industriels doivent garder en tête les limites de ces cartes avant de les intégrer dans leurs produits. « Concevoir un produit à partir de ce qui a pu être démontré sur une carte de prototypage, que l’on soit une start-up ou un industriel traditionnel, ne dispense pas d’effectuer des tests de sécurité électrique et de compatibilité électromagnétique. La conformité du produit final, notamment du marquage CE, a parfois de lourdes conséquences sur les produits électroniques que l’on voudrait fonder sur Arduino ou Raspberry Pi. L’un de nos clients dans l’énergie s’est heurté à ces tests quand il a voulu commercialiser des passerelles IoT fondées sur Raspberry Pi. Les gains réalisés dans la conception du capteur ont été réduits à néant quand les cartes se sont révélées non conformes. »
1  0 
Avatar de goldbergg
Membre actif https://www.developpez.com
Le 09/01/2020 à 12:08
Quand je parle d'utiliser des arduino (et autre carte similaire) en prod, je ne parle pas pour faire des produits qui seront commercialisé a grande échelle.
Mais plus des produits qui seront utilisé en interne pour tel ou tel besoin et qu'aucun produit sur le marché ne propose (ou pas a un prix acceptable vis a vis du besoin).
C'est un peux comme une boite qui a sont propre logiciel maison.

Je ne vais pas citer les produits sur lesquels j'ai travaillé parce que je n'en est pas le droits (et puis je ne bosse plus dans la boite), je me contenterais juste de dire que c'était pour récupérer des donnée via capteurs (température, humidité, qualité de l'aire, luminosité, ...) et de les envoyer dans le cloud. Les sites dans lequel ces données était collecté était potentiellement au milieux de nul par, d'ou l’intérêt des mkr qui intègre de base des puces lora, sigfox ou gsm ainssi qu'un port Lipo.
C'était un besoin qui nécessitait uniquement la norme CE ce qui est possible avec arduino (https://www.arduino.cc/en/main/warranty), les capteurs, le "circuit" et le boitier étant bien évidement indépendant de l'arduino.
Le coup par boitier était grand max de 100€ contre mini 500€ pour les produit qu'on trouvait dans le commerce et qui en plus ne répondait pas a tous les besoin (sans parler d'autre contrainte comme la connectif proprio ou la taille et le poids).

Dans mon cas, grand max on n'aurait jamais dépassé les centaines de boitier déployé, donc l'industrialisation n'était pas viable.

A coté j'ai aussi fait de l'OEM sur du Windows IoT Core (donc oui on s’éloigne du sujet), premièrement sur du RPI, puis sur un autre boitier beaucoup plus onéreux (mais plus fiable) et c’était dans une statup, donc on pouvais difficilement imaginer créer notre propre circuit.
1  0 
Avatar de Jay M
Membre averti https://www.developpez.com
Le 09/01/2020 à 13:44
oui dans un usage interne, non commercial, vous êtes responsable de ce que vous faites pour vous même, ce n'est pas la même chose
-> si ça ne fonctionne pas où que ça met le feu au bâtiment, vous n'avez qu'à vous en prendre à vous même et l'assurance éventuellement trainera des pieds en cas d'accident si le produit complet ne répondait pas aux normes nécessaires.

mais je suis d'accord avec vous, c'est utilisé comme cela aussi.
1  0 
Avatar de goldbergg
Membre actif https://www.developpez.com
Le 08/01/2020 à 15:40
Bon sinon l'article parle surtout de faire de l'Iot et pas spécifiquement a l'echelle des gros industrielle, bien au contraire, beaucoup de PME sont intéressé par ce genre de produit.
Aussi il n'est pas question de n'importe qu'elle arduino, les gamme MKR, Portenta et Yun ne se résume pas qu'a un controller couplé a des GPIO et pour une PME reproduire par exemple l'architecture du YUN pour faire sa carte perso, c'est pas chose aisé.

Contrairement a ce que vous avez l'aire de penser, les arduino sont utilisé en milieux pro/OEM et pas que pour des proto ou l'éducation.
1  1 
Avatar de Vincent PETIT
Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/01/2020 à 20:06
AHHHHH !!!! Tu viens de me faire penser à un truc important f-leb, qui m'amène à répondre à goldbergg et en plus qui converge vers... quoi que j'dis
Comment je n'ai pas pu y penser avant !?

Pour Philippe Bourgault, les industriels doivent garder en tête les limites de ces cartes avant de les intégrer dans leurs produits. « Concevoir un produit à partir de ce qui a pu être démontré sur une carte de prototypage, que l’on soit une start-up ou un industriel traditionnel, ne dispense pas d’effectuer des tests de sécurité électrique et de compatibilité électromagnétique. La conformité du produit final, notamment du marquage CE, a parfois de lourdes conséquences sur les produits électroniques que l’on voudrait fonder sur Arduino ou Raspberry Pi. L’un de nos clients dans l’énergie s’est heurté à ces tests quand il a voulu commercialiser des passerelles IoT fondées sur Raspberry Pi. Les gains réalisés dans la conception du capteur ont été réduits à néant quand les cartes se sont révélées non conformes. »
Oui ! C'est la vision du mec qui faisait de la conception comme moi ! Ça résume ma pensée, le piège du POC vite fait qui fonctionne suivie de la catastrophe en terme de temps/budget/complexité une fois que tu veux en faire un vrai produit.

Mais !
Dans l’industrie, les offres d’emploi pour des postes d’ingénieur en informatique embarquée s’accompagnent de plus en plus de compétences associées aux cartes de types Arduino ou Raspberry Pi. Ces cartes open source, issues du mouvement des makers, intéressent de plus en plus les industriels français, ainsi que les grandes sociétés d’ingénierie, qui voient dans ces solutions informatiques un moyen de prendre la température de l’esprit d’innovation des candidats, de leur connaissance du métier, ainsi que de leur capacité à exploiter de nouvelles solutions.
Oui ! Mon frangin qui bosse dans un service Industrialisation dans l'industrie électronique en utilise plein pour automatiser des process de fabrication (banc de test, banc de calibration, ...), ou comme capteurs en tout genre pour la qualité de la prod de carte électronique (reporting, calcul de cadence, envoi automatique d'informations) .

Citation Envoyé par Vincent PETIT
Citation Envoyé par goldbergg
Contrairement a ce que vous avez l'aire de penser, les arduino sont utilisé en milieux pro/OEM et pas que pour des proto ou l'éducation.
Je te crois volontiers mais je suis curieux de savoir dans quel métier on peut faire ça ?
Donc oui, c'est un exemple d'utilisation en pro, dans l'industrie alors que moi je voyais principalement la conception de produit.
1  1